heurter


heurter

heurter [ 'ɶrte ] v. <conjug. : 1>
hurter 1160; p.-ê. du frq. °hurt (cf. a. scand. hrütr « bélier ») ou d'un gallo-roman °uritare « frapper comme un taureau sauvage », du lat. urus
I V. tr.
1Toucher en entrant brusquement en contact avec (généralement de façon accidentelle). choquer, cogner. « les ménagères vous heurtaient avec leurs grands parapluies, leurs paniers et leurs bambins » (Flaubert)[cf. Rentrer dedans]. Heurter du pied, du coude. Heurter une voiture. emboutir, fam. emplafonner, percuter, tamponner.
Faire entrer brutalement en contact. Heurter son front, sa tête contre, à qqch. Se heurter le front.
2(1280) (Abstrait) Venir contrecarrer (qqn), aller à l'encontre de (sentiments, intérêts), d'une façon choquante, rude ou maladroite qui provoque ou durcit la résistance. blesser, choquer, contrarier, froisser, offenser, vexer. Heurter de front qqn, ses sentiments, ses idées. affronter, attaquer, combattre. Heurter les intérêts, les préjugés, l'opinion. atteindre. « ces paroles ne devaient ni me surprendre ni me heurter » (Duhamel). Absolt « Ma dernière rubrique a déplu, heurté, choqué » (Léautaud).
II V. intr.
1Vieilli Heurter contre (qqch.) : entrer rudement en contact avec. ⇒ achopper, 2. buter, cogner, donner, 1. porter, 2. taper. Heurter contre un caillou, une marche.
2Heurter à : frapper avec intention à. Heurter à la porte, à la vitre.
III ♦ SE HEURTER v. pron.
1 (Réfl.) Se heurter contre, à un mur. se cogner.
Fig. Rencontrer un obstacle d'ordre humain, moral. Ses idées se heurtèrent à une forte opposition. Se heurter à un refus.
2(Récipr.) Passants pressés qui se heurtent. « les cimes des pins grincent en se heurtant » (Apollinaire). s'entrechoquer. Les deux voitures se sont heurtées de plein fouet.
Fig. Se contrarier, entrer en conflit. s'accrocher, s'affronter. « On ne se rencontre qu'en se heurtant » (Flaubert).
Faire un violent contraste. Tonalités qui se heurtent.

heurter
v.
rI./r v. tr.
d1./d Cogner contre, rencontrer rudement. Son front a heurté le pare-brise.
d2./d Fig. Contrarier, blesser, offenser. Vos refus successifs l'ont heurté. Heurter de front l'opinion publique, aller à l'encontre.
rII./r v. intr. Heurter à: donner intentionnellement des coups contre, sur. Heurter au carreau, à la porte.
rIII/r v. Pron.
d1./d Réfl. Se heurter à un meuble.
|| Fig. Se heurter aux préjugés.
d2./d Récipr. Les deux véhicules se sont heurtés en haut d'une côte.
|| Fig. être en violente opposition. Leurs caractères se heurtent.
Des tons qui se heurtent.

HEURTER, verbe
I. — Emploi trans. dir. ou indir. [Avec l'idée de choc, de rencontre]
A. — 1. Toucher, entrer en contact avec (plus ou moins brutalement, et généralement de façon non intentionnelle).
a) Heurter (contre) qqn/qqc. Et tout aussitôt la petite Fadette (...) heurta contre Landry, qui était assis par terre dans la brume (SAND, Pte Fad., 1849, p. 114). Il avait heurté sur le boulevard sans les reconnaître les filles Jondrette (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 877). La faucheuse avait heurté contre un obstacle (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 213). La cuiller en tournant heurtait le cristal avec un bruit argentin et rassurant (GRACQ, Beau tén., 1945, p. 192) :
1. Tout à coup mon bras qui s'appuyait à la haie s'est trouvé dans le vide, tandis que le sol me manquait. J'étais parvenu, sans m'en douter, au bord du talus, et j'ai heurté violemment des deux genoux et du front la surface pierreuse de la route.
BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1198.
Rem. On relève la construction qqn heurte (contre) qqn/qqc. de + compl. désignant une partie du corps du sujet. Heurter qqn du coude, une poutre de la tête; heurter (contre) qqc. du pied, de la tête (supra ex.).
Emploi pronom. réfl. Qqn/qqc. se heurte à, contre qqn/qqc. Rencontrer, se cogner avec. Se heurter contre un mur, une racine, à une souche. Les yeux fixés sur les cadavres, il [Barrini] se heurtait contre les pierres, contre les arbres, contre tous les obstacles qu'il rencontrait (MÉRIMÉE, Colomba, 1840, p. 148). Comme un aveugle qui a perdu son guide, je me suis heurté à tous les arbres de la route (DU CAMP, Mém. suic., 1853, p. 271). Sur le boulevard, un homme qui courait à perdre haleine s'était heurté contre lui (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 39). Sylvère (...) monta deux étages, se heurta à une grosse femme (TOULET, Tendres mén., 1904, p. 129) :
2. La neige tournoyait dans le reflet des vitres (...) on la voyait se dissoudre en flocons distincts, elle tournait autour de la lumière comme des phalènes dans le halo d'un lampadaire. Il y avait une infinité de flocons, blancs et souples, qui venaient se heurter aux fenêtres et mouraient là, collés à la vive clarté.
ROY, Bonheur occas., 1945, p. 152.
Emploi pronom. réciproque. [Sans compl. indir.] S'entrechoquer. L'immense mer, dont les flots se heurtaient encore avec une incomparable violence (VERNE, Île myst., 1874, p. 4). Les meubles se balançaient, les verres se heurtaient dans le buffet, la suspension oscillait et vibrait comme la lampe d'un navire (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 520). Dans la rue Où sous les becs de gaz se heurte la cohue (MORÉAS, Syrtes, 1884, p. 51). Tandis que les passants (...) se hâtent et se heurtent à l'angle des trottoirs (LORRAIN, Sens. et souv., 1895, p. 231).
Rem. On relève la construction se heurter de + compl. désignant une partie du corps du sujet. C'étaient deux paysans, l'homme et la femme, qui marchaient d'un pas irrégulier, en se balançant et se heurtant parfois de l'épaule (MAUPASS., Bel-Ami, 1885, p. 220).
b) Emploi factitif. Heurter qqc. à, contre qqc. Faire entrer en contact avec. Les galères romaines (...) étaient à sec sur le sable. Il vit le flot les approcher peu à peu (...) les heurter les unes contre les autres, les briser (A. FRANCE, Clio, 1900, p. 62).
[Le suj. désigne une pers.; le compl. dir. une partie du corps; le compl. indir. l'objet heurté] Heurter la tête de qqn contre un mur. Henri : Un être aimé (...) se roulait dans la nuit du sépulcre, heurtant sa tête à l'angle d'une tombe (DUMAS, père, C. Howard, 1834, III, 4, p. 272). A-t-elle heurté son front aux meubles en retenant dans sa gorge des cris affreux de désespoir? (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Mme Hermet, 1887, p. 1128).
Emploi pronom. réfl. indir. D'un saut terrible, il alla se heurter la tête contre la muraille (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 792). Le précepteur sauta dans le gouffre, et ne reparut pas, s'étant heurté le crâne au fond (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, En voy., 1883, p. 327). Il tomba contre la porte qui s'ouvrit et il roula jusqu'au comptoir où il se heurta le front (G. LEROUX, Roul. tsar, 1912, p. 125).
[Sans compl. indir.] Tu es comme un homme qui, s'étant heurté la tête en marchant, regarde toujours en l'air et se croit en sûreté (SOULIÉ, Mém. diable, t. 2, 1837, p. 57).
Rem. On relève un emploi factitif avec un compl. dir. désignant une pers. Cette ruée de Paris dont la fièvre les charriait, les heurtait en une ardente bousculade (ZOLA, Paris, t. 1, 1897, p. 50).
SYNT. Heurter qqn en pleine poitrine, en passant; heurter contre qqn au coin d'une rue; heurter un mur, une pierre, la table, la vitre; son pied, sa tête heurte qqc., contre qqc.; navire qui heurte un écueil; heurter sa tête contre une poutre; heurter durement, rudement, violemment, vivement; aller, faillir, venir heurter.
2. En partic., vieilli. [Le compl. dir. ou indir. désigne une porte, etc.] Frapper (pour se faire ouvrir, attirer l'attention). Je heurte à la porte, elle était fermée; j'appelle, Hingant est quelque temps sans répondre; il se lève enfin et m'ouvre (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 444). Un rassemblement colère, qui heurte les volets fermés d'un épicier (GONCOURT, Journal, 1870, p. 619). Je me précipitai sur le mur que je heurtai à coups de poing, de toute ma force, en vociférant : « Au secours, au secours! » (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Nuit de Noël, 1882, p. 865) :
3. Joseph, après s'être essuyé les pieds sur un confortable tapis brosse, heurta le battant de la porte. Trois coups nets et rapprochés, suivis, à quelque distance, d'un battement solitaire. Pas un de plus, pas un de moins. Un signal bien étudié. La porte ne tarda pas à s'ouvrir et Joseph entra...
DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p. 142.
[Le compl. dir. désigne ce qui sert à frapper] Le moine s'arrêta devant une maison (...) et ayant heurté le marteau contre la porte, il attendit (A. FRANCE, Thaïs, 1890, p. 50).
Au fig. Heurter à toutes les portes. Synon. frapper à toutes les portes.
Emploi abs. Toi qui heurtes au nom du passé Entre! (RÉGNIER, Poèmes anc., 1890, p. 207). L'homme heurtait toujours en haletant et en bégayant des insultes. Le panneau tenait bon, les gonds ne lâchaient pas (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 38).
B. — Au fig.
1. Atteindre, rencontrer; buter contre. Gabrielle à son père : Il me vient dans l'esprit des idées qui me heurtent et s'enfuient comme les oiseaux le soir à nos croisées, je ne peux pas les retenir (BALZAC, Enf. maudit, 1831-36, p. 416). L'écueil des subtilités métaphysiques, contre lequel le christianisme alla heurter dès le IIIe siècle, ne fut nullement posé par le fondateur (RENAN, Vie Jésus, 1863, p. 48). Le délire tumultueux des images qui heurtaient sa tête brûlante (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1586). Dans les yeux de Jacques, son regard venait de heurter quelque chose de dur, comme un refus (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1287) :
4. Poète est aussi celui qui cherche le système intelligible et imaginable, de l'expression duquel ferait partie un bel accident de langage : tel mot, tel accord de mots, tel mouvement syntaxique, — telle entrée, — qu'il a rencontrés, éveillés, heurtés par hasard, et remarqués, — de par sa nature de poète.
VALÉRY, Tel quel I, 1941, p. 146.
Emploi pronom. réfl. Qqn se heurte à, contre qqc. Se heurter à un souvenir douloureux, à un mauvais rêve; se heurter à l'impossible, contre l'impossibilité d'accomplir qqc.; se heurter à une consigne sévère. Fernande (...) s'était heurtée à la misère noire, aux bottines qu'on ne savait comment remplacer (ZOLA, Travail, t. 1, 1901, p. 92). Paris est une collection de villes autonomes et incommunicables dont chacune conserve jalousement ses traditions et ses familles. Tel groupe est bourguignon (...). Ailleurs, on se heurte à des coutumes venues en droite ligne de la Restauration (ESTAUNIÉ, Ascension M. Baslèvre, 1919, p. 7). Durant ses séjours à Limoges, Jean se heurte partout à l'image de Nathalie (CHARDONNE, Dest. sent., II, 1934, p. 234). Dans la logique d'un système où le dedans des choses a juste autant, ou même plus de valeur que leur dehors, nous nous heurtons de front à la difficulté (TEILHARD DE CH., Phénom. hum., 1955, p. 59) :
5. Je ne parviens pas à croire à un plan cosmique, où l'animal humain aurait un rôle privilégié. Je me suis trop heurté aux absurdités, aux contradictions de la nature, pour admettre une harmonie préexistante. Aucun Dieu n'a jamais répondu aux appels, aux interrogations de l'homme. Ce qu'il prend pour des réponses, c'est seulement l'écho de sa voix. Son univers est clos, limité à lui.
MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 971.
[P. méton. du suj., sans compl. indir.] Son amour-propre [de Chateaubriand] se heurta et se blessa partout (THIBAUDET, Réflex. crit., 1936, p. 26).
2. Emploi factitif. Heurter qqc. à, contre qqc. Faire rencontrer avec. Un souffle de tempête qui précipitait les événements à leur conséquence, qui heurtait les idées contre les faits (FLAUB., 1re Éduc. sent., 1845, p. 246).
II. — Emploi trans. dir. [Avec l'idée de désagrément, d'opposition, de résistance] Causer un choc moral, faire obstacle, opposition (généralement d'une manière choquante, brutale ou maladroite qui entraîne une réaction négative).
A. — Heurter qqn. Synon. de blesser, contrarier, contrecarrer. Heurter qqn de front (v. front C 1); heurter qqn en qqc., en faisant qqc.; attitude, discours, paroles, propos qui heurte(nt) qqn. Rose-Marie-Victoire craignait tant, en déplaisant à son époux, en le heurtant, de le désaffectionner, d'être privée de sa compagnie, qu'elle lui aurait sacrifié tout, même son oncle (BALZAC, Vieille fille, 1836, p. 396). Ils me heurtent quelquefois par leur trop de franchise, mais quand ils seront hommes, c'est-à-dire hypocrites, je regretterai l'époque de leur franchise (MONTHERL., Reine morte, 1942, II, 1er tabl., 3, p. 180). Ce qui me heurte en cette affaire (...) ce n'est pas la nature un peu exceptionnelle de la contribution, mais que les formes légales n'aient pas été respectées (AYMÉ, Passe-mur., 1943, p. 178) :
6. Nous avons contracté cette curieuse habitude de tenir pour médiocre tout artiste qui ne commence par choquer et par être suffisamment injurié ou moqué. Qui ne nous heurte ou ne nous fait hausser les épaules est imperceptible.
VALÉRY, Degas, 1936, p. 106.
Emploi pronom. réfl. Qqn se heurte à qqn. S'opposer à, s'affronter avec. Se heurter de front à qqn. La fille, elle [la mère] n'avait jamais pu s'accorder avec elle, blessée de se heurter à son propre sang, à une gaillarde active (ZOLA, Terre, 1887, p. 28). Le fils du Krüger de 1836, devenu Président du Transvaal, s'était heurté à Cecil Rhodes, prophète de l'impérialisme britannique (MAUROIS, Édouard VII, 1933, p. 23). Cette fois, les conspirateurs se heurteraient à quelqu'un dont ils ont cru se servir (MAURIAC, Nouv. Bloc-notes, 1961, p. 168) :
7. Les deux générations [Mrs Van Norten et Rhoda] s'affrontèrent. Celle de la guerre du rhum, de la monte à califourchon, des huit cylindres, de la nudité et de Harlem se heurtant à celle des amazones, des loges entre colonnes, de la guerre de Cuba, de la Cinquième Avenue et de la promenade en victoria après la grand'messe.
MORAND, Champions du monde, 1930, p. 186.
En partic., notamment dans le domaine militaire Se battre, livrer bataille. Pour que l'ennemi ne les eût pas attaqués, vingt-quatre heures après l'escarmouche de Grand-Pré, il fallait que le 4e hussards s'y fût heurté simplement à quelque reconnaissance de cavalerie (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 109). On s'est heurté aux arrière-gardes allemandes (FOCH, Mém., t. 1, 1929, p. 137). Si l'on excepte l'incident qui s'est produit ce matin (...) aux abords du tribunal militaire où des manifestants se sont heurtés aux forces de police, le calme règne, en fait, dans la Régence (Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 7, col. 5).
Emploi pronom. réciproque. S'opposer, s'affronter. C'était comme une arène où les champions de toutes les philosophies se heurtaient dans un tournoi gigantesque (MAUPASS., Dr H. Gloss, 1893, p. 112). Une discussion où il savait d'avance qu'Odette et lui se heurteraient (BOURGET, Drame, 1921, p. 79) :
8. Je suis sûr qu'à Roscaër Irène et lui se sont quittés ennemis. Ils se sont heurtés comme deux êtres d'une race différente. Et certainement les hostilités n'en resteront pas là.
GRACQ, Beau tén., 1945, p. 85.
B. — [P. méton. du compl.]
1. [Le compl. désigne un affect, la prise de position de qqn] Synon. de blesser, choquer, contrarier. Heurter qqc. en, chez qqn; heurter la délicatesse, la douleur, les espérances, la manière d'être de qqn. Il heurtait tous ses instincts, la blessait, l'épouvantait, la rendait véritablement malheureuse (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 761). Des garçons qui ne se souciaient pas de plaire et heurtaient sans le savoir une pudeur glacée chez la jeune fille, ce camarade étranger (CHARDONNE, Dest. sent., III, 1936, p. 191). Mon projet va heurter de front les prétentions des partis (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 240) :
9. Par moments, et sur un mot qui heurtait ses idées, il s'exaltait, s'emportait, et peu à peu, sur le même sujet, redevenait calme et presque indifférent, comme s'il n'eût pas jugé l'objet de la contestation digne d'un effort.
DU CAMP, Mém. suic., 1853, p. II.
Emploi pronom. réciproque. Babel effrénée, pandémonium où se heurtent les énergies, les appétits, les détresses de vingt races en fusion dans le même creuset (LOTI, Vertige mond., 1917, p. 196).
2. En partic., dans le domaine de la perception auditive ou visuelle. [Le suj. désigne une couleur ou un son; le compl. les yeux ou l'ouïe] Synon. de choquer, écorcher (les oreilles). Le cri rauque des vieux verrous rouillés heurta rudement son oreille (HUGO, Han d'Isl., 1823, p. 493). Des contours adoucis où rien ne heurte la vue (LOTI, Jérusalem, 1895, p. 25). On ne saurait nier, certes, que nous ne possédions une ouïe assez fine et que heurtent les dissonances (ARNOUX, Roy. ombres, 1954, p. 99). Emploi passif. L'œil était heurté vigoureusement par le poudroiement de la lumière sur les pierres blanches (GRACQ, Argol, 1938, p. 29).
Rem. On relève a) Un emploi avec un suj. et un compl. désignant une couleur, au sens de « toucher en produisant une impression désagréable ». Un certain azur publicitaire glorifie l'horlogerie nationale, heurte un vert d'absinthe dont la friction l'exalte (COLETTE, Fanal, 1949, p. 26). b) La construction qqn heurte une couleur contre une couleur, au sens de « mettre en contact en produisant une impression désagréable ». Le goût (...) de Berard qui (...) heurte contre des bleus clairs un rouge à peine mûr (ID., Jumelle, 1938, p. 86).
C. — Heurter qqc. [Le compl. désigne des institutions, des usages établis, une entité abstr., une chose quelconque] Affronter. Heurter les bienséances, la justice, la raison. Une constitution républicaine heurtoit des constitutions royales (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 52). Cependant il se décida, ne voulant pas heurter les usages reçus (GYP, Mar. civil, 1892, p. 155). Pédéraste, dit-on [un jeune homme] ou qui s'en donne l'air pour ne pas heurter la mode, ce que je trouve pire (ARNOUX, Crimes innoc., 1952, p. 199) :
10 ... on n'a jamais plaidé avec plus de hauteur [que Goethe], et de passion le droit qu'a l'œuvre, fille immortelle du génie, d'éclore à son heure, de jaillir du divin cerveau, et de vivre, dût-elle, en entrant, heurter quelques convenances établies, et froisser quelques susceptibilités même légitimes.
SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 11, 1855, p. 310.
Emploi pronom. réfl. Qqc. se heurte à, avec qqc. S'opposer à. Les idiomes rustiques reparurent et prirent le dessus : ils se heurtèrent avec les idiomes des vainqueurs, et, même en en triomphant, ils se décomposèrent (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 5, 1851, p. 17). La brise de terre se heurte à celle de mer (MORAND, Lewis, 1924, p. 188).
Emploi pronom. réciproque. Il est impossible que la nature dans l'infinie variété de ses combinaisons, se contredise; que les lois se heurtent, qu'une série soit la négation d'une autre série (PROUDHON, Créat. ordre, 1843, p. 294). Dans ma pensée et dans mon cœur ce remous d'objections qui se heurtent sans se détruire (MAURIAC, Nouv. Bloc-notes, 1961, p. 107) :
11. Laure avait tant fait que son père ne savait plus à quoi s'arrêter; elle était revenue tant de fois à la charge, que la tête du grand industriel ressemblait à une arène où les pensées les plus contraires se choquaient, se heurtaient avec acharnement et s'entre-détruisaient comme des bêtes fauves.
SANDEAU, Sacs, 1851, p. 24.
D. — Emploi abs. Ce qui heurte. Il y a des négligences et quelques incorrections [dans une ode de P. Lebrun], rien qui heurte ni qui choque (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 6, 1863, p. 135). Ma dernière chronique a déplu, heurté, choqué (LÉAUTAUD, Théâtre M. Boissard, 1926, p. 349). Si d'aventure le livre qu'on publie ne heurte pas assez, on y ajoutera une préface pour insulter (SARTRE, Sit. II, 1948, p. 162).
III. — Emploi pronom.
A. — réfl., v. supra I B 1.
B. — [En parlant des sons ou des couleurs] Faire un contraste violent avec.
Emploi pronom. réfl. Les terminaisons ioniennes se heurtaient aux consonnes du désert, âpres comme des cris de chacal (FLAUB., Salammbô, t. 1, 1863, p. 4).
Emploi pronom. réciproque. Les effets de voix et d'instruments s'y croisent [dans la Nuit du Sabbat ]dans tous les sens, se contrarient, se heurtent (BERLIOZ, Souv. voy., 1869, p. 77). Les cuivres éclatent comme des boîtes d'artifice; les tonalités se heurtent, les modulations s'entrechoquent avec un bruit de tempête (SAINT-SAËNS, Harm. et mélod., 1885, pp. 228-229). Luxe d'acteurs (...). Tous les rouges s'y accordent et s'y heurtent (COCTEAU, Monstres sacrés, t. 2, 1940, p. 46). [Le] Grand Canyon (...) les photographies nous font voir un bariolage de couleurs crues et brutales qui se heurtent dans un soleil éclatant. En réalité, le monstre est tout en tons de pastels (GREEN, Journal, t. 4, 1943-46, p. 140).
REM. Heurteur, -euse, subst. Celui, celle qui heurte. Il réagit contre les heurteurs, ceux qui écrasaient ses pieds. Ceux qui le poussaient de l'épaule (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 222).
Prononc. et Orth. : [] init. asp., (il) heurte []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Verbe intrans. a) 1119 hurter « entrer rudement en contact avec » (PH. DE THAON, Comput, éd. E. Mall, 1494); b) ca 1135 hurter a la porte (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 433-434); c) fig. ca 1180 hurter « contrecarrer » (G. DE BERNEVILLE, Gilles, éd. G. Paris et A. Bos, 3478); d) 1752 dessein heurté peint. (Trév.). II. Verbe trans. a) ca 1160 hurter « rentrer rudement en contact avec » (Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 5743); fin XIVe s. heurter (Geu St Denis, éd. B. J. Seubert, 411); b) fig. ca 1280 hurter « contrecarrer, contrarier quelqu'un » (Clef d'amour, éd. A. Doutrepont, 306); 1668 heurter de front (MOLIÈRE, L'Avare, I, 5). III. Verbe pronom. 1. réfl. ca 1170 soi hurter a « se cogner à » (BÉROUL, Tristan, éd. E. Muret4, 4482); 2. réciproque a) 1155 sei entrehurter (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 2460); b) av. 1662 se heurter « se contrarier mutuellement » (PASCAL ds Lar. 19e); c) 1752 couleurs qui se heurtent peint. (Trév.). Prob. dér. de l'a. b. frq. hûrt que l'on peut restituer d'apr. l'a. scand. hrûtr « bélier » [le verbe aurait donc signifié proprement « cogner à la façon d'un bélier »]; dés. -er. La forme heurter, attesté dep. la fin du XIVe s., a triomphé au XVIe s. (cf. heurt, heurtement, heurtoir attestés tous les trois d'abord avec la voyelle -u-), époque où u s'est ouvert en oe devant r, surtout en Picardie, mais aussi à l'Est et à l'Ouest (v. FOUCHÉ, p. 350). Fréq. abs. littér. : 2 083. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 699, b) 2 611; XXe s. : a) 3 456, b) 3 931. Bbg. FRINGS (T.), WARTBURG (W. von). Fr. und fränkisch. Z. rom. Philol. 1951, t. 67, p. 173.

heurter ['œʀte] v.
ÉTYM. 1119, hurter, intrans.; v. tr. (I., 1.), v. 1160; heurter ne semble pas antérieur au XVIIe; probablt d'un francique hûrt, supposé d'après l'anc. scandinave hrûtr « bélier », le v. signifiant alors « frapper à la façon d'un bélier »; hypothèse rejetée par P. Guiraud, qui propose un gallo-roman uritare « frapper comme un taureau sauvage », du lat. urus (→ Urus).
———
I V. tr. (V. 1160, hurter).
1 (Sujet n. de personne ou de chose). Toucher plus ou moins rudement, en entrant brusquement en contact avec… (généralement de façon accidentelle). Choquer, cogner, télescoper. || Heurter et culbuter qqn, qqch. en courant (→ Fuir, cit. 2). || Heurter du coude. Coudoyer. || Il a été heurté et bousculé (cit. 2) par la foule. || Bourdon (2. Bourdon, cit. 1) qui heurte qqn au visage. || Heurter un meuble (→ Coussin, cit. 3). || Son pied heurte qqch. de dur (→ Effort, cit. 4). || La crosse heurte la mâchoire. Froisser; → Épauler, cit. 1. || Heurter une voiture. Emboutir, percuter, tamponner. || L'épée de son adversaire heurte la sienne (→ Étincelle, cit. 2). || La proue heurte la proue (→ Abordage, cit. 2). || Bête en cage heurtant ses barreaux (→ Furieux, cit. 3). || Casser en heurtant. || Le bélier heurta de la tête son adversaire. Cosser.REM. Cet emploi, plutôt littéraire ou didactique en français de France, est normal et cour. dans des usages régionaux, par ex. en Suisse.
1 L'un me heurte d'un ais dont je suis tout froissé :
Je vois d'un autre coup mon chapeau renversé.
Boileau, Satire, VI.
2 Marie heurta tout à coup une pierre et fit un faux pas.
Balzac, les Chouans, Pl., t. VII, p. 863.
3 Le pré commençait à se remplir, et les ménagères vous heurtaient avec leurs grands parapluies, leurs paniers et leurs bambins.
Flaubert, Mme Bovary, II, 8, p. 91.
4 Il allait et venait dans sa cage de fer,
Heurtant les deux cloisons avec sa tête rude.
Leconte de Lisle, Poèmes barbares, « Mort d'un lion ».
5 On entendait (…) ma plume, par intervalles, heurter du bec le fond de l'encrier.
G. Duhamel, Salavin, I, XIX.
6 (…) le flot qui heurtait ce bec de granit rampait sournoisement le long de ses flancs lisses (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. I, p. 102.
Faire entrer brutalement en contact. || Heurter son front, sa tête contre, à… (→ Creux, cit. 3).
7 (…) en se dressant vite, dans son réveil subit, il heurta contre les poutres son front large.
Loti, Pêcheur d'Islande, III, VIII.
8 Le spectacle de cet effroi mit Guéret hors de lui. Il la gifla d'abord, et, lâchant son poignet, il lui prit la tête dans les mains et la heurta plusieurs fois sur le sol.
J. Green, Léviathan, I, XII.
(Le sujet et le compl. désignent des sons). Rencontrer, se juxtaposer d'une manière désagréable à l'oreille. || Voyelle heurtant une autre voyelle. Hiatus.
9 Prendre garde qu'un qui ne heurte une diphtongue (…)
Mathurin Régnier, Satires IX, À Nicolas Rapin.
10 Gardez qu'une voyelle à courir trop hâtée
Ne soit d'une voyelle en son chemin heurtée.
Boileau, l'Art poétique, I.
2 (1280). Abstrait. (Compl. n. de personne ou de chose humaine). Venir contrecarrer (qqn), aller à l'encontre de (sentiments, intérêts…), d'une façon choquante, rude ou maladroite qui provoque ou durcit la résistance. Contrarier, offenser, scandaliser, vexer. || Vous allez le heurter, il faut le prendre autrement. || On ne peut agir ainsi sans heurter beaucoup de gens (Académie). Blesser, choquer. — ☑ (1668). Heurter de front (cit. 37 et 38) qqn, ses sentiments, ses idées. Affronter, attaquer, combattre; → Biais, cit. 11. || Ces propos nous surprennent et nous heurtent. Froisser; → Empyrée, cit. 5. || L'inégalité sociale heurtait les esprits (→ Égalité, cit. 11). || Heurter les intérêts, l'amour-propre, les préjugés, l'opinion, le patriotisme. Atteindre; → Civil, cit. 12. || C'est heurter le sens commun, la raison, les faits. Offusquer; → Éthique, cit. 3.
11 (…) il n'y a rien qui choque plus notre raison que de dire que le péché du premier homme ait rendu coupables ceux qui, étant si éloignés de cette source, semblent incapables d'y participer (…) Certainement rien ne nous heurte plus rudement que cette doctrine (…)
Pascal, Pensées, VII, 434.
12 Cette grande roideur des vertus des vieux âges
Heurte trop notre siècle et les communs usages (…)
Molière, le Misanthrope, I.
13 Je prévois qu'on me pardonnera difficilement le parti que j'ai osé prendre. Heurtant de front tout ce qui fait aujourd'hui l'admiration des hommes, je ne puis m'attendre qu'à un blâme universel (…)
Rousseau, Discours sur les sciences et les arts, Préface.
14 Quand on veut vivre dans un pays, il n'en faut point heurter les préjugés.
Beaumarchais, la Mère coupable, I, 5.
15 Lorsque le pouvoir suit l'opinion, il est fort; lorsqu'il la heurte, il tombe.
A. de Vigny, Journal d'un poète, p. 38.
16 Ce n'est pas le sens commun, c'est la vérité qu'il importe de ne pas heurter.
Gide, Corydon, I, I
17 Dès 1695, Louis XIV avait créé la capitation qui frappait tous les Français sauf le Roi et les tout petits contribuables, mais qui rencontra une vaste opposition, tant elle heurtait les habitudes et les intérêts.
J. Bainville, Hist. de France, XIII.
18 Certains jours le sans-gêne de Balzan l'agaçait, heurtait son sens des hiérarchies légitimes.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXV, p. 242.
Absolt. || C'est ce qui heurte le plus (→ 2. Causer, cit. 10; détonner, cit. 2).
19 Que vos tableaux, en restant francs, perdent un peu de ce qui heurte.
Sainte-Beuve, Correspondance, t. I, p. 262.
3 Factitif. || Heurter qqch. à qqch. : faire se heurter, faire heurter (II.) à… Spécialt. || Heurter sa tête, son front à un meuble.Se heurter la tête contre un meuble.
———
II V. intr. et tr. ind.
1 Vieilli. (Avec contre). Entrer brusquement, plus ou moins rudement en contact avec… Achopper, buter, 1. chopper (cit. 2), cogner, donner, porter, taper. || Heurter contre un caillou, une marche. || Voiture qui heurte contre le trottoir.(Sujet n. de personne). || Heurter du front, de la tête contre qqch. Coup; → Chacun, cit. 3.Le navire a heurté contre un écueil. Échouer.
20 (…) il sera une pierre d'achoppement, à laquelle plusieurs heurteront (…)
Pascal, Pensées, XII, 751.
21 Les Allemands enfin, dans leur dernière expédition d'Italie, vinrent plus d'une fois heurter lourdement contre nos Français de Naples.
Michelet, Hist. de France, IV, II.
22 Et tout aussitôt la petite Fadette, qui s'apprêtait gaiement à passer l'eau sans montrer crainte ni étonnement du feu follet, heurta contre Landry, qui était assis par terre dans la brune (…)
G. Sand, la Petite Fadette, XII
Fig. || Volontés qui heurtent les unes contre les autres (→ Assortir, cit. 2).
2 V. tr. ind. (V. 1135; sujet n. de personne). || Heurter à : frapper avec intention à… || Heurter à la porte, à la vitre. Fig. || Heurter à toutes les portes.
23 Octobre, le courrier de l'hiver, heurte à la porte de nos demeures.
Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, Octobre.
Absolt. Vx ou régional (Suisse). Frapper à la porte. || Il n'osait pas heurter (→ Époumoner, cit. 1). || Heurter fort, doucement (→ Gratter, cit. 17).
——————
se heurter v. pron.
1 (V. 1170, soi hurter à). Réfl. (→ ci-dessus, II.). a Se heurter à un obstacle (→ Banc, cit. 8; barreau, cit. 4; chauve-souris, cit. 2; croiser, cit. 5; frelon, cit. 4), contre un obstacle (→ Eau, cit. 3). || Les vagues se heurtent contre les rochers. Briser (se).
24 Les ondes de cette foule, sans cesse grossies, se heurtaient aux angles des maisons qui s'avançaient çà et là, comme autant de promontoires, dans le bassin irrégulier de la place.
Hugo, Notre-Dame de Paris, I, I.
25 Et tandis qu'aux portes de fer
Se heurte la jeune espérance (…)
P.-J. Toulet, Contrerimes, « Chansons », VIII.
26 J'avais, pour la première fois, le sentiment de me heurter à quelque chose de résistant, d'invincible, une muraille contre laquelle un enfant se briserait en vain les ongles, les dents et la tête.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, II, XVIII.
b (Mil. XVIIe). Fig. || Se heurter à (qqch., qqn) : rencontrer (un obstacle qui freine ou arrête l'action, le développement…). || Ses idées se heurtèrent à une forte opposition (→ Fluor, cit. 2), à une résistance.(Sujet n. de personne). Être gêné, contrarié, arrêté par. || Se heurter à une consigne (→ Flèche, cit. 7), à un refus (→ Boniment, cit. 2), à un silence.
27 Conduit à la conquérir (la Flandre) par le développement de la guerre avec les Anglais, il (Philippe le Bel) se heurtait à la résistance des Flamands.
J. Bainville, Hist. de France, V.
28 Au Conseil d'État même, ordinairement d'accord avec le Consul, le projet se heurtait à l'opposition inquiète des anciens révolutionnaires.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, Le Consulat, IX.
29 Cette logique se heurta, chez Salavin, à un mutisme opiniâtre qui était son système de défense favori et qui désespérait Édouard.
G. Duhamel, Salavin, III, XVIII.
30 (…) il objectait qu'une action militaire autrichienne se heurterait au veto du Kaiser.
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 41.
31 (…) Caliste est l'honneur et la vertu même : quand elle aimera, elle se heurtera durement aux lois du cant, et le père du jeune homme s'opposera formellement au mariage envisagé.
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 223.
c Régional (Suisse). Entrer en collision avec (qqch.).
31.1 (Le bruit du tonnerre) va se heurter, de l'autre côté de la vallée, à la chaîne du Sud. Il revient en arrière, se heurtant à lui-même.
C.-F. Ramuz, Derborence, in Œ. compl., t. XIV, p. 243.
2 Récipr. Se rencontrer en produisant un heurt réciproque Cogner (se). || Les passants pressés se heurtaient. || Navires, meubles ballottés qui se heurtent. Entrechoquer (s'); → Amarrer, cit. 4; caisse, cit. 1. || Les deux voitures se sont heurtées de plein fouet. (fam.) Bougner (se).
Par métaphore (→ ci-dessous, cit. 33) ou fig. || Se contrarier, entrer en conflit. Accrocher (s'), affronter (s'). || Avec des caractères si différents, ils ne peuvent que se heurter.Faire un violent contraste. || Ces couleurs, ces tons se heurtent.
32 Eugène est pour Chrysante dans les mêmes dispositions : ils ne courent pas risque de se heurter.
La Bruyère, les Caractères, VI, 54.
33 On ne se rencontre qu'en se heurtant et chacun, portant dans ses mains ses entrailles déchirées, accuse l'autre qui ramasse les siennes.
Flaubert, Correspondance, 291, fin oct. 1851, t. II, p. 325.
——————
heurté, ée p. p. adj.
ÉTYM. (1752).
Spécialt (arts). Qui manque de fondu, qui est fait de contrastes trop appuyés et de saillies d'une vigueur parfois excessive. || Tons, contours heurtés. || Touche, manière heurtée.Littér. || Style heurté, qui présente des oppositions rudes, qui manque d'harmonie. Abrupt, rocailleux, rude. Par anal. || Voix heurtées (→ Brusque, cit. 3); débit heurté. Saccadé. || Exécution heurtée d'une œuvre musicale.
34 Sa touche est lourde, sa manière est pénible et heurtée.
Diderot, Salon de 1767.
35 Une vapeur particulière répandue dans les lointains arrondit les objets et dissimule ce qu'ils pourraient avoir de dur ou de heurté dans leurs formes.
Chateaubriand, Lettre à M. de Fontanes sur la campagne romaine.
36 (Saint-Simon) est le premier des écrivains français qui écrive avec ses nerfs. De là ce discours heurté, fougueux, ces contrastes, ces disparates, ces brusqueries, ces audaces et ces négligences incroyables (…)
Émile Faguet, Études littéraires, XVIIe s., Saint-Simon, IV.
37 Il nous faut une lumière plus douce, et des ombres moins heurtées. Quand un carré de ciel bleu lavé de pluie se montre entre les nuages, c'est alors que les chênes, les hêtres, les ormeaux, les marronniers, les acacias étalent devant nos yeux les nuances innombrables du vert, plus pur et plus riche que les couleurs vierges sur la palette.
Alain, Propos, 3 juin 1909, J'aime la pluie.
CONTR. (Du sens I, 1) Éviter. — (Du sens 1, 2) Charmer, complaire. — (Du sens II, 1) Franchir, surmonter. — (Du p. p.) Fondu, harmonieux, lié.
DÉR. Heurt, heurtée, heurtement, heurtoir.
COMP. Aheurter, entre-heurter (s').
HOM. Voir heurté (adj.), heurtée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • *heurter — ● heurter verbe transitif (francique hurt, bélier) Venir frapper quelque chose, quelqu un avec ce qu on transporte ou d une partie du corps, entrer rudement en contact avec quelque chose, quelqu un : Je l ai heurté avec mon parapluie. La voiture… …   Encyclopédie Universelle

  • heurter — et trebucher, Offendere, Offensare. Heurter contre quelque chose et froisser, Allidere, Illidere, Compulsare. Heurter à des rochers, Appellere ad scopulos, Nauem impingere. Heurter du front contre le front d un autre, Coniscare. Heurter sa teste… …   Thresor de la langue françoyse

  • heurter — HEURTER. v. a. (L H s aspire.) Choquer, toucher ou rencontrer rudement. Il est malaisé de passer par les rues de Paris qu on ne heurte quelqu un. un Crocheteur l a heurté en passant, l a heurté rudement. un vaisseau a heurté l autre. On s en sert …   Dictionnaire de l'Académie française

  • heurter — (heur té) v. a. 1°   Toucher ou rencontrer rudement. Heurter quelqu un en passant. Se heurter la tête contre un mur. •   [Un valet] Heurtant table et tréteaux, verse tout [un plat] sur mes chausses, RÉGNIER Sat. X.. •   L un me heurte d un ais… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • heurter — vt. (a)kotâ (Albanais 001, Annecy 003, Balme Sillingy 020) ; ortâ pro./fig. (Saxel 002) ; étremalâ, antremalâ (Samoëns). E. : Accoter, Achopper, Étayer, Recevoir, Tomber. A1) bousculer, toucher légèrement en passant, effleurer : (a)kotâ vt. (001 …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • HEURTER — v. a. (H s aspire.) Choquer, toucher, ou rencontrer rudement. Heurter quelqu un. Un crocheteur l a heurté en passant, l a heurté rudement. Il m a heurté avec le meuble qu il portait. Ce vaisseau a heurté l autre. Se heurter la tête contre un mur …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • HEURTER — v. tr. Toucher ou rencontrer rudement. Heurter quelqu’un. Il m’a heurté avec le meuble qu’il portait. Ce vaisseau a heurté l’autre. Se heurter la tête contre un mur. Intransitivement, Heurter contre une pierre. Heurter contre un rocher. Heurter… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • se heurter — ● se heurter verbe pronominal être heurté verbe passif S opposer violemment, former contraste en parlant de choses : Tons heurtés. ● se heurter (synonymes) verbe pronominal être heurté verbe passif S opposer violemment, former contraste en… …   Encyclopédie Universelle

  • s'entre-heurter — ● s entre heurter verbe pronominal Littéraire. Se heurter les uns contre les autres. ● s entre heurter (difficultés) verbe pronominal Orthographe Avec un trait d union devant le h aspiré. Emploi N est employé qu aux personnes du pluriel. ● s… …   Encyclopédie Universelle

  • s'entre-heurter — entre heurter (s ) (an tre heur té) v. réfl. Se heurter mutuellement. •   De même qu il n appartient qu à des aveugles, qui ne voient pas le but où ils vont, de s entre heurter dans un chemin, FONTEN. Dial. des morts, Ép. à Lucien.. HISTORIQUE… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.